Review of: The Committee
Experimental:
Peter Sykes

Reviewed by:
Rating:
3
On 10 août 2014
Last modified:14 août 2014

Summary:

Un film expérimental et absurde digne de son époque. Une jolie curiosité !

Un film expérimental et absurde digne de son époque. Une jolie curiosité !

The Committee (1968)- Arthur Brown

The Committee (1968)

Réalisé par Peter Sykes

Ecrit par Max Steuer et Peter Sykes

Avec Paul Jones, Robert Langdon Lloyd, Tom Kempinski,…

Directeur de la photographie : Ian Wilson

Musique Pink Floyd et Arthur Brown

Produit par Max Steuer

Satire / Expérimental / fantastique

58 mn

UK

Un jeune homme (Paul Jones) décapite l’homme qui l’a pris en stop avant de recoudre sa tête. De retour à son travail, il reçoit une lettre pour l’inviter à participer à un comité. Il devient paranoïaque, persuadé que le but même de l’existence du comité est de le juger.


The committee, de Peter Sykes (Teaser)

Voici un moyen métrage expérimental digne de son époque, totalement absurde, où l’on répond par des pirouettes à des questions morales et au sens de la vie. On voit transparaitre l’influence du « Procès » de Kafka ou de « L’étranger » d’Albert Camus.

L’absurdité se retrouve plus dans la narration et les dialogues que dans l’aspect visuel, finalement assez sage, si ce n’est l’image ondulante dans la dernière partie.

« The Committee » a le mérite de poser la seule vraie question existentielle qui compte

« Do you play bridge ? »

« The Committee » reste tout à fait regardable aujourd’hui si on se laisse porter par l’ambiance surannée, décalée et absurde, renforcée par la bande son due à Pink Floyd. Puisqu’on parle de musique, notons également une performance live assez hallucinante du rocker anglais Arthur (The God of Hellfire) Brown.

Certains ajouteront que si vous prenez quelques puissants stupéfiants, cela peut également vous aider à mieux rentrer dans le film, mais je laisse ça à votre appréciation.

Au casting, on retrouve dans le rôle principal l’acteur et chanteur Paul Jones qui avait déjà fait une première apparition remarquée au cinéma l’année précédente dans le culte « Privilege » de Peter Watkins.

Le réalisateur Peter Sykes signait ici son premier film. Le reste de sa carrière cinématographique ne décollera pas et il restera dans la série B, principalement horrifique (il travaillera notamment pour la Hammer alors en fin de vie sur « To the Devil a Daughter« ).

[xrr rating=6/10]

DVD Zone 1. Version originale sans sous-titres. Plus CD bonus.

A découvrir également :