Thriller:
John et Roy Boulting

Reviewed by:
Rating:
4
On 29 septembre 2011
Last modified:11 octobre 2015

Summary:

Excellent thriller britannique des frères Boulting sur fond de menace de prolifération nucléaire.

Un excellent thriller britannique des frères Boulting sur fond de menace de prolifération nucléaire.

Ultimatum de John et Roy Boulting

Seven Days to Noon (1950)

(Ultimatum)

Réalisé par John et Roy Boulting

Ecrit par Roy Boulting et Frank Harvey d’après une histoire de James Bernard et Paul Dehn.

Avec Barry Jones, André Morell, Hugh Cross,…

Directeur de la photographie : Gilbert Taylor

Produit par Boulting Brothers, London Film Productions et British Lion Film Corporation

Thriller

94 mn

UK

« Un scientifique anglais, Le Professeur Willingdon (Barry Jones), s’échappe d’un centre de recherche en emportant une bombe atomique. Dans une lettre qu’il envoie au Premier Ministre britannique, il menace de réduire à néant le centre de Londres si, dans un délai d’une semaine, le gouvernement n’annonce pas la fin des recherches dans le domaine. Des agents spéciaux de Scotland Yard essayent de dénicher et d’arrêter le savant fou avec l’aide de son assistant et de sa fille. »

 

Ultimatum de John et Roy Boulting (brochure FR)Les 20 premières minutes de « Seven days to noon » ne sont guère sexy. Le film adopte presque une approche documentaire de son sujet, et nous suivons dans les moindres détails le début de l’enquête. En fait le film démarre vraiment quand l’on croise enfin le fameux Professeur. Ce dernier, fou d’angoisse et de culpabilité à l’idée d’une mauvaise utilisation de ses recherches, lance un ultimatum invraisemblable.

Pourtant grâce à l’approche documentaire du sujet, un peu lourde au départ donc, et l’interprétation de Barry Jones, on y croit. D’autant que la tension monte lentement et sûrement au fil des jours qui nous rapprochent de la date fatale.

Les scènes d’évacuation de Londres sont particulièrement impressionnantes, et la fin du film se déroule dans un Londres désert et inquiétant.

Pour autant le film ne rechigne pas à quelques clins d’oeil humoristiques : ainsi après avoir été hébergé chez une vieille folle, toujours la clope au bec, et entourée d’une myriade de chats, qui finira par appelé la police parce qu’elle le soupçonne d’être un tueur de vielles dames, le Professeur est recueilli par une ancienne actrice excentrique qui ne jure que par son chien. Et dans les scènes de fouille du quartier vidé de ses habitants par les militaires, on voit un soldat s’ennivré dans une cave, et un autre voler une culotte de femme dans un tiroir.

Le Professeur est montré comme un homme inquiet, qui a perdu la tête à force de remords, mais pas comme un criminel.

On peut se demander comment les frères Boulting, auteurs de ce film, ont pu convaincre les autorités publiques de se prêter à ce jeu, sur fond de menace nucléaire, moins de cinq ans après la fin de la seconde guerre mondiale, alors que les stigmates du Blitz étaient encore omniprésents.

Le film, qui se moque même de l’obsession anti-rouge, est un film osé pour l’époque. Et un thriller très réussi (qui a remporté l’oscar du meilleur scénario en 1952) dont les emprunts au film documentaire ne font que renforcer la puissance.

[xrr rating=8/10]

DVD Tamasa zone 2 FR. Version originale sous titrée en français. Livret : le regard de Francis Rousselet (12 pages) / Galerie d’affiches / Filmographies

 

A découvrir également :