Review of: Chambre avec vue
comédie:
James Ivory

Reviewed by:
Rating:
4
On 2 septembre 2015
Last modified:2 septembre 2015

Summary:

Comédie romantique d'une rare élégance, "Chambre avec Vue" est aussi une attaque en règle contre le système de classe britannique.

Comédie romantique d’une rare élégance, ce film de James Ivory est aussi une attaque en règle contre le système de classe britannique.

ChambreAvecVue1985

A Room with a View (1985)

(Chambre avec vue)

Réalisé par James Ivory

Ecrit par Ruth Prawer Jhabvala d’après le roman de E.M. Forster

Avec Helena Bonham Carter, Julian Sands, Denholm Elliott, Maggie Smith, Daniel Day-Lewis, Simon Callow, Judi Dench, Rupert Graves,…

Directeur de la photographie : Tony Pierce-Roberts

Produit par Ismail Merchant

Comédie dramatique / romance

UK

En voyage à Florence, une jeune anglaise de bonne famille, Lucy (Helena Bonham Carter) fait la connaissance de George Emerson (Julian Sands), un jeune américain au comportement un peu étrange et dont les bonnes manières laissent à désirer. De retour en Angleterre, elle accepte les avances d’un autre jeune homme, un peu coincé et rigide, Cecil Vyse (Daniel Day-Lewis). Mais le père d’Emerson vient louer une maison dans le village où habite la famille de Lucy.

AroomWithAview-affiche« A Room with a View » est le plus grand succès de James Ivory avec ses deux collaborateurs (23 films ensemble !) : Ismail Merchant à la production et Ruth Prawer Jhabvala au scénario. Un trio incongru (un Américain, un Indien et une Allemande !) qui a conçu contre toute attente quelques films au parfum britannique incontestable.

Après avoir adapté Henry James l’année précédente, le trio s’attaque pour la première fois (mais pas la dernière !) à E.M. Forster. « A room with a view », publié en 1908, est reconnu comme étant son oeuvre la plus optimiste et la plus légère de l’écrivain britannique.

Le livre raconte le voyage en Italie de Lucy, une jeune anglaise de bonne famille et son flirt avec deux hommes que tout semble opposer : un jeune américain aimable quoiqu’un peu fougueux et un anglais empesé dans ses certitudes et ses manières. Intelligente et en quête d’indépendance, Lucy ne peut pourtant s’empêcher d’être heurtée par le côté très direct de l’Américain et n’ose pas s’avouer son attirance pour un homme qui défie par son comportement les règles de bienséance qui sont à la base de son éducation. De retour en Angleterre, elle semble alors accepter les avances de Cecil pour se rassurer. Pourtant ce dernier, froid et rigide à en devenir détestable (encore une très belle prestation de Daniel Day-Lewis), est loin de soulever l’enthousiasme des proches de Lucy, que ce soit son jeune frère ou le vicaire de la paroisse.

« A room with a view » est une comédie de moeurs, légère comme une bulle de champagne, sublimée par de magnifiques images  (bravo à Tony Pierce-Roberts, formé à la télévision, et qui signait seulement sa troisième photo pour le grand écran) et des interprètes hors du commun (la toute jeune Helena Bonham Carter en tête dans son premier rôle conséquent au cinéma).

Sous la couverture de la comédie et de la romance, c’est une attaque en règle contre la rigidité du système de classe britannique. Par quasi réflexe, Lucy s’apprête à épouser le mauvais homme. Et il faudra l’aide de ses proches et la persistance de George pour qu’elle analyse son propre comportement et se rende compte de son erreur. Amour et raison se rejoindront finalement !

Les paysages de Florence et de la campagne anglaise vous transportent sans difficulté dans un autre monde, désuet et charmant. Ce monde étrange est peuplé de personnages gentiment foldingues : de la pauvre cousine à qui il n’arrive que des tuiles (superbe Maggie Smith) au vicaire qui s’implique un peu plus qu’il ne le faudrait dans les affaires de ses paroissiens (Simon Callow). Des intertitres un peu absurdes rajoutent un soupçon d’excentricité. Le tout garde un parfait équilibre avec comme fil conducteur le souci d’élégance.

« A Room With A View » a reçu un excellent accueil de la part du public et de la critique. Il a notamment obtenu 9 nominations aux Oscars et en a remporté trois : meilleur scénario, meilleurs costumes, meilleure direction artistique. Il a reçu cinq récompenses au BAFTA (dont celui de meilleur film). Maggie Smith a elle obtenu un BAFTA de la meilleure actrice et un Golden Globe de la meilleure actrice pour un second rôle. Par contre la jeune Helena Bonham Carter en sort bredouille et c’est bien dommage !

[xrr rating=8/10]

DVD et Blu-ray FR. Studio MK2. Version originale sous titrée en Français et version française.

A découvrir également :