Thriller:
Alfred Hithcock

Reviewed by:
Rating:
4
On 29 octobre 2012
Last modified:9 octobre 2015

Summary:

Un thriller/comédie romantique méconnu de Hitchcock. Pourtant une jolie réussite qui annonce, dans un ton similaire, "Une femme disparaît", qui sortira l'année suivante.

Entre thriller et comédie romantique, un film injustement méconnu de Hitchcock. Une jolie réussite.

Jeune et Innocent -hitchcock-1937

Young and innocent (1937)

(Jeune et innocent)

Réalisé par Alfred Hitchcock

Ecrit par Charles Bennett, Edwin Greenwood, Anthony Armstrong

Avec Nova Pilbeam, Derrick De Marney, John Longden,…

Produit par Edward Black pour Gaumont British Picture Corporation

Comédie romantique / Trhiller

80 mn

UK

Un soir de tempête, l’actrice Christine Clay (Pamela Carme) se dispute violemment avec son ex mari jaloux. Au matin, Robert Tisdall (Derrick De Marney),jeune scénariste, qui travaille sur un projet avec Christine Clay, découvre son corps sans vie échoué sur la plage. Mais alors qu’il part chercher des secours, des témoins croient qu’il tente de s’enfuir. De plus, l’arme du crime, retrouvée près du corps, est la ceinture de son imperméable. Piégé, Tisdall s’enfuit du tribunal, et tombe sur Erica Burgoyne (Nova Pilbeam), la fille de l’inspecteur. L’aidera-t-elle ?

Affiche de Jeune et Innocent 1978« Young and innocent » n’est pas tout à fait l’Hitchcock le plus célèbre de sa période anglaise (il lui faudra d’ailleurs 41 ans pour atteindre les écrans français en… 1978). Tourné juste avant « The lady vanishes » (Une femme disparaît), son avant-dernier film anglais, bien plus célèbre, « Young and innocent » est un peu passé aux oubliettes. Et c’est dommage. Même s’il n’est pas le plus grand film d’Hitchcock, il n’en reste pas moins un film très agréable.

On retrouve dans « Young and Innocent » le thème favori d’Hitchcock, celui de l’innocent accusé à tort. Car le spectateur n’est pas ici confronté au doute, le titre le dit clairement, comme la première scène du film : Tisdall n’est pas coupable, Christine a été tuée par son ex-mari, un personnage inquiétant défiguré par un tic nerveux. Petit détail, qui n’en est pas un, puisqu’il va permettre fort logiquement d’identifier le vrai coupable.

Le film n’est pas dénué de suspens, mais l’intrigue, quoique bien fichue, reste très simple. Dans « Young and innocent » une large place est donnée à l’humour (et même aux gags visuels comme quand Erica nettoie au jet la blessure de Robert après la bagarre dans le pub), à une critique de la famille (les couples qui se déchirent, et la fête d’anniversaire avec l’horrible tante)  et à la romance entre Robert et Erica. Nos deux jeunes héros forment un couple attachant, et le fait qu’elle soit en fait la fille du commissaire qui traque Tisdall et une jeune femme indépendante, mais également mère de substitution pour ses jeunes frères, rajoute un peu de piment et de vie à l’intrigue.

Erica est une image de jeune femme étonnement forte et positive, et sans ombre aucune. Une figure féminine hitchcockienne finalement assez surprenante.

Au niveau de la réalisation, on est là aussi dans du pur Hitchcock, même si la mise en scène adopte également une certaine légèreté, sans perdre en rigueur (le célèbre plan en travelling latéral et avant durant le bal).

Rating: ★★★★★★★☆☆☆ 

DVD TF1 Vidéo. Version Française et version originale sous-titrée. Bonus : « Early years : la période anglaise », entretien avec Claude Chabrol et entretien avec Dominik Möll.

A découvrir également :