Review of: Xtro
Horreur:
Harry Bromley Davenport

Reviewed by:
Rating:
3
On 10 mai 2015
Last modified:31 mai 2015

Summary:

Un film trash à petit budget typique du début des années 80 et qui a développé une aura culte pas totalement déméritée.

Un film trash à petit budget typique du début des années 80 et qui a développé une aura culte pas totalement déméritée.

Xtro1982

Xtro (1982)

Réalisé par Harry Bromley Davenport

Ecrit par Iain Cassie et Robert Smith d’après une histoire de Harry Bromley Davenport et Robert Smith

Avec Philip Sayer, Bernice Stegers, Maryam d’Abo, Danny Brainin, Simon Nash,…

Directeur de la photographie : John Metcalfe

Musique Harry Bromley Davenport

Produit par Mark Forstater

Horreur

81mn

UK

3 ans après la disparition de Sam (Philip Sayer), le petit Tony (Simon Nash) ne cesse de proclamer que son père a été enlevé par un mystérieux rayon lumineux. C’est alors qu’une créature extraterrestre débarque sur Terre et viole une femme qui va accoucher de… Sam ! Celui-ci, doté d’étranges pouvoirs, n’a qu’une obsession : récupérer son fils…

x_tro-25b9f« Xtro » fait partie de ces films produits directement pour le marché vidéo en plein boom au UK au début des années 80. Beaucoup de films d’horreur, productions locales et étrangères, ont alors pu accéder au marché britannique sans passer par la case censeur en profitant d’un marché pas encore régulé.

« Xtro » fait partie de ces films qui ont la réputation d’avoir figuré sur la fameuse liste des video nasties, ces films dans la mire du gouvernement britannique avant que la loi de 1984, le Video recordings Act, ne mette définitivement de l’ordre dans ce vent de liberté tout à fait involontaire.

« Xtro » est produit par un producteur américain installé au Uk, Mark Forstater habitué aux productions fauchées (il a notamment produit « Monty Python and the Holy Grail » en 1974). A la réalisation, on trouve Harry Bromley Davenport qui n’avait alors à son actif qu’un obscur petit film tourné en 1976. Interrogé en 2015 pour un documentaire, il définit le film comme un « bordel extraordinaire. Notre seul objectif était de tourner le plus de choses dégoûtantes possibles… Nous voulions juste choquer les gens. Il y a rien d’autre à y voir. C’est de la daube. »

Pour autant en matière de films de série Z, on a vu nettement plus débile et fauché. Les acteurs font un boulot tout à fait correct, les effets spéciaux sont moches mais tiennent à peu près la route. Le scénario est minimaliste et on ne comprend même pas la raison du retour du père sur Terre, ni ce que vient faire là cette baby sitter ultra sexy et forcément française (première apparition à l’écran de la mythique mais anglaise Maryam d’Abo)… pourtant les personnages surnagent.

D’après Harry Bromley Davenport, le scénario a été réécrit un nombre incalculable de fois, des scènes ont été improvisées pendant le tournage et d’autres coupées en post production par le distributeur américain New Line. La version qui est actuellement présente sur tous les DVDs (dont l’édition française) compte plusieurs coupes et comporte la fin américaine en lieu et place de la fin prévue à l’origine.

Bref, oui c’est le bordel, mais, grâce à quelques scènes mémorables (comme celle où une femme accouche d’un homme adulte), « Xtro » est devenu un film culte en mode mineur et reste tout à fait regardable aujourd’hui si vous aimez les films trash à petit budget.

Cerise sur le gateau, la musique au synthé composée par le réalisateur et qui vaut son pesant de cacahuètes des années 80. Néanmoins, malgré sa qualité toute relative, elle renforce encore le côté malsain du film.

A noter qu’en France, « Xtro » bénéficiera d’une sortie en salles et emportera même le grand prix du Film Fantastique de Paris en 1983 !

« Xtro » connaitra deux suites (en 1990 et 1995), également réalisées par Harry Bromley Davenport, mais qui n’ont pas grand chose à voir avec l’original (le réalisateur n’avait que les droits sur le titre et l’a donc exploité de manière éhontée).

[xrr rating=6/10]

DVD Zone 2 FR. Studio opening, Sélection Mad Movies. Version originale sous-titrée en français et version française