Drame Historique:
Michael Reeves

Reviewed by:
Rating:
4
On 7 novembre 2013
Last modified:11 octobre 2015

Summary:

Drame historique qui vire vers l'horreur, un film réussi devenu culte. Superbe prestation de Vincent Price.

Drame historique qui vire vers l’horreur, un film réussi devenu culte. Superbe prestation de Vincent Price.

Witchfinder General - Le Grand Inquisiteur

Witchfinder General (1968)

(Le grand inquisiteur)

Réalisé par Michael Reeves

Ecrit par Tom Baker et Michael Reeves

Avec Vincent Price, Ian Ogilvy, Rupert Davies, Hilary Heath, Robert Russell,…

Directeur de la photographie : John Coquillon

Produit par Tigon British Film Productions et American International Productions

Drame / Histoire / Horreur

86 mn

UK

Pendant la guerre civile britannique qui oppose Cromwell aux royalistes, Matthew Hopkins (Vincent Price) et son bras droit John Stearne (Robert Russell) profitent du désordre ambiant pour parcourir le pays et se faire de l’argent en brûlant des sorcières.

Le réalisateur Michael Reeves est devenu une figure culte de l’horreur britannique avec seulement deux films : « The Sorcerer » (1967) et surtout « The Witchfinder General » (1968). Ces deux films ont en effet pour mérite de renouveler le genre qui commençait à s’essouffler à la fin des années 60.

« Witchfinder general » n’est pas à proprement parler un film d’horreur. C’est un drame historique. Mais son sujet (la chasse aux sorcières), ainsi que son traitement malsain à souhait (via le plaisir manifeste que ressentent le grand inquisiteur et son bourreau à torturer et à tuer les jeunes femmes) le font pencher vers le cinéma de genre. Ceci dit l’intrigue reste très terre à terre et à aucun moment le fantastique ne fait irruption.

La force du film repose au contraire dans sa volonté de rester réaliste (au tout début du film une voix off nous rappelle le contexte historique), tout en nous proposant un duo de méchants particulièrement tordu, fabuleusement bien interprété. A noter que Michael Reeves s’est vu imposé Vincent Price pour le rôle (il voulait Donald Pleasance). Mais force est d’avouer que Vincent Price trouve ici l’un de ses personnages les plus vils (et sa carrière n’en a pas manqué). Robert Russell est également impressionnant de cruauté dans le rôle du bourreau cynique et obsédé.

Contrairement à nombre de films d’horreur historiques (on pense bien évidemment aux classiques de la Hammer), « Witchfinder General » sait éviter la plupart des écueils du gothique. Pas de décors carton pâte (le film est tourné quasiment exclusivement en extérieur), pas de gentils trop niais réduits au statut de simples victimes, pas de scènes qui frôlent le grotesque,…

Troisième personnage majeur du film, Richard (Ian Ogilvy) est un soldat de l’armée de Cromwell qui va risquer le peloton pour venger sa promise et son père. Un désir de vengeance qui va devenir obsessionnel et le conduire au bord de la folie. Le côté malsain de ce jusqu’au boutisme renforce le film, lui apportant une autre dimension.

La fin est d’ailleurs tout à fait dans l’esprit du film. Inévitable. Et on est finalement assez proche dans le ton (toutes proportions gardées) avec des films de vengeance qui iront (psychologiquement et graphiquement) beaucoup plus loin comme « Straw Dogs » (1971). A noter que pour la petite histoire, les deux films partagent le même directeur photo, le talentueux John Coquillon.

[xrr rating=7/10]

DVD Neo publishing. Version originale sous titrée en français et version française.

A découvrir également :