Drame:
Adam Smith

Reviewed by:
Rating:
2
On 29 mars 2017
Last modified:29 mars 2017

Summary:

Un film peu vraisemblable sur une famille de travellers irlandais qui s'écharpent quand ils ne montent pas des coups foireux.

Un film peu vraisemblable sur une famille de travellers irlandais qui s’écharpent quand ils ne montent pas des coups foireux.

Trespass Against Us (2016)

(A ceux qui nous ont offensés)

Réalisé par Adam Smith

Ecrit par Alastair Siddons

Avec Michael Fassbender, Brendan Gleeson, Lyndsey Marshal, Rory Kinnear,…

Directeur de la photographie : Eduard Grau

Musique : The Chemical Brothers

Produit par Gail Egan, Andrea Calderwood et Alastair Siddons

Drame / Crime

UK

« Les Cutler vivent comme des hors-la-loi depuis toujours dans une des plus riches campagnes anglaises, braconnant, cambriolant les résidences secondaires et narguant la police. Luttant pour faire perdurer leur mode de vie, Chad est tiraillé entre les principes archaïques de son père et la volonté de faire le nécessaire pour ses enfants. Mais la police, les traquant sans relâche, l’obligera peut-être à choisir entre sa culture et le bonheur des siens… »

Contrairement à ce que pourrait faire croire l’affiche du film (voir ci-contre), « Tresspass Against Us » n’est pas une suite d’Assassin’s Creed, récent blockbuster où Michael Fassbender a déjà eu tout le loisir de montrer sa fabuleuse constitution physique. Non ici, on nous propulse dans la vie d’une tribu de travellers irlandais dont la principale occupation est de monter des coups foireux, de narguer la police ou de s’écharper en famille.

Chad (Michael Fassbinder) est lassé de la précarité de la vie en caravane et du dépotisme de son père Colby (Brendan Gleeson). Tout en s’engueulant avec son père, et pour protéger sa petite famille (sa femme et ses deux enfants), il décide d’approcher une autre tribu qui elle s’est sédentarisée. Mais évidemment ce ne sera pas si simple. On ne choisit pas sa famille et il est difficile de s’en débarrasser. De plus quels que soient les différents qui vous opposent à vos proches, ceux-ci restent les êtres qui vous seront le plus proche.

Sur ce sujet épineux, le film ne tranche pas vraiment et semble dire qu’en fait il n’y a pas de porte de sortie. Ce film aurait pu donner lieu à un traitement loachien (tout dans le réalisme social) mais « Tresspass Against Us » se veut drame familial et un film criminel et décide d’ignorer la vraisemblance sociale. Ce qui pose un vrai souci, car on ne peut isoler cette histoire de son milieu social. Du coup, en tout cas à mon avis, l’histoire se retrouve anéantie par le manque de vraisemblance sociale.

« Tresspass Against Us » aurait pu réussir son coup s’il avait au moins une légère couche de réalisme social. La présence même de Fassbender, trop beau, trop bodybuildé n’aide pas. Mais également l’histoire n’apporte de toute façon pas grand chose ni à la représentation des travellers irlandais (dû au manque de réalisme), ni à la thématique de la famille destructrice (car il traite le sujet avec une platitude confondante).

C’est d’autant plus étonnant que le scénariste du film, Alastair Siddons, est aussi documentariste et s’inspire de la trajectoire réelle d’une famille qui était accusée à elle seule d’avoir commise 65% des crimes de la région de Cotswolds au centre-ouest de l’Angleterre.

Restent de très bons acteurs et quelques moments amusants. La fin est aussi idiote qu’invraisemblable (mais bon en était plus à ça près).

Sortie dans les salles françaises le 1er mars 2017

A découvrir également :