Horreur:
Freddie Francis

Reviewed by:
Rating:
3
On 25 mars 2013
Last modified:11 octobre 2015

Summary:

Un film à sketchs horrifique signé Robert Bloch (Psychose). Inégal mais quelques fulgurances et une ironie réjouissance, le tout porté par une réalisation et une interprétation solides.

Un film à sketchs horrifique signé Robert Bloch (Psychose). Inégal mais quelques fulgurances et une ironie réjouissance, le tout porté par une réalisation et une interprétation solides.

Le jardin des tortures

Torture Garden (1967)

(Le jardin des tortures)

Réalisé par Freddie Francis

Ecrit par Robert Bloch

Avec Burgess Meredith, Jack Palance, Peter Cushing,…

Directeur de la photographie : Norman Warwick

Produit par Max Rosenberg et Milton Subotsky pour Amicus Productions

Filmé aux studios Shepperton

Horreur

93 mn

UK

Les visiteurs d’une attraction foraine horrifique centrée sur les instruments de torture, se voient proposé un petit tour dans l’arrière boutique pour un spectacle exceptionnel. Leur hôte Mr Diabolo (Burgess Meredith) les invite à voir un aperçu de ce que le futur pourrait leur réserver s’ils ne font pas le bon choix.

 

Affiche Jardin des tortures (1967)« Torture garden » est typique des films produits par Amicus, une société fondée par deux producteurs-scénaristes américains (Max Rosenberg et Milton Subotsky) en 1962 et basée dans les studios de Shepperton. Voici donc un film d’horreur à sketch entièrement tourné en studio mettant en scènes des personnages contemporains et banals placés dans des situations horrifiques.

C’est ce contexte moderne, et cette prédilection pour le film à sketch (directement inspirée par « Dead of night » des studios Ealing) qui différencie surtout Amicus des studios Hammer qui sont eux rentrés dans la légende surtout grâce à leurs productions gothiques. Ceci dit, les productions des deux sociétés sont souvent comparables. Quand Hammer se lance dans la SF en adaptant les aventures du Professeur Quatermass d’abord diffusé sur la BBC (« The Quatermass Experiment », 1955), dix ans plus tard c’est au tour d’Amicus d’adapter les aventures d’un autre mythe de la SF télévisuelle britannique : Dr Who (Doctor Who and the Daleks, 1965). Les parallèles sont nombreux et les scénaristes et réalisateurs ayant travaillé pour les deux sociétés vont du scénariste Jimmy Sangster au réalisateur Roy Ward Baker en passant par les acteurs Chrisopher Lee et Peter Cushing.

L’écrivain américain Robert Bloch a signé les scénarios de plusieurs films pour Amicus. Une collaboration logique car Bloch, un fan de Lovecraft et de Poe qui vient du pulp, est un spécialiste des contes d’horreur proposant une plongée dans la psyché humaine à la limite du fantastique mais en laissant très souvent un doute au lecteur sur la réalité de ce qu’il vient de lire.  Bloch s’est fait remarqué auprès du grand public quand Hitchcock a décidé de porter à l’écran l’un de ses romans : « Psychose » (1960).

Prolixe, Bloch est un très bon écrivain d’horreur et un sacré raconteur d’histoire qui sait créer une atmosphère inquiétante même avec un matériel de base moyen, relevant le tout avec un soupçon d’ironie (voire parfois une franche louchée). Évidemment, il a tendance à utiliser toujours les mêmes ficelles et à alterner le très bon avec le bon et le franchement moyen. « Torture garden » propose de ce coté un aperçu assez fidèle de son oeuvre. Toutes les petites histoires présentées ne sont pas exceptionnelles, mais l’ensemble est très sympathique (avec quelques fulgurances mémorables).

La réalisation très soignée, mais qui ne fait pas oublier qu’il s’agit ici d’une petite série B d’horreur sans grand budget, est due à Freddie Francis, un directeur de la photo britannique de grand talent qui a signé la photo de classiques anglais (Room at the top, 1959) puis de films américains notamment pour David Lynch (« Elephant Man » et « Dune »). Freddie Francis est passé à la réalisation dès les années 60 essentiellement sur des films d’horreur. Il va ainsi signer une dizaine de films pour Amicus, dont plusieurs avec Bloch au scénario (The Skull, The Psychopath et Dealdy bees) mais également avec l’ex Hammer Jimmy Sangster (Paranoiac, Nightmare,…).

En matière de film à sketch, la réalisation la plus connue d’Amicus reste « Tales from the crypt » (1973) mis en scène par un certain…. Freddie Francis.

[xrr rating=6/10]

DVD Sony Pictures Entertainment. Version française et version originale sous-titrée en français.

A découvrir également :