Review of: The Ruling Class
Comédie noire:
Peter Medak

Reviewed by:
Rating:
4
On 13 février 2014
Last modified:12 octobre 2015

Summary:

Peter O'Toole entre Dieu et le diable. Une satire féroce et très réussie de l'aristocratie britannique.

Peter O’Toole entre Dieu et le diable. Une satire féroce et très réussie de l’aristocratie britannique.

the-ruling-class-1972

The Ruling Class (1972)

(Dieu et mon droit)

Réalisé par Peter Medak

Ecrit par Peter Barnes d’après sa pièce

Avec Peter O’Toole, Alastair Sim, Arthur Lowe, Coral Browne, Carolyn Seymour,…

Directeur de la photographie : Ken Hodges

Produit par Jack Hawkins et Jules Buck

Comédie / Satire

154 mn

UK

Le 13e comte de Gurney vient de mourir pendu au plafond en tutu. Problème, son successeur  Jack Arnold Alexander Tancred Gurney (Peter O’Toole) se prend pour Dieu. L’oncle de Jack est bien décidé à ce que Jack engendre un fils avant de l’enfermer une bonne fois pour toutes dans un hôpital psychiatrique.

« The Ruling Class » est une charge, pleine d’ironie et d’humour noir, contre l’aristocratie britannique. On peut à ce titre lui reconnaître une parenté avec le mythique « Kind hearts and coronets » (Noblesse Oblige). Mais le film de Peter Medak va bien plus loin dans le délire et dans la critique de l’élite britannique.

Si Jack n’est pas acceptable dans la bonne société tant qu’il se prend pour Dieu, être l’incarnation du diable ne pose aucun problème, bien au contraire comme on va pouvoir le constater. Si le film souffre de quelques longueurs dans sa première partie (où Jack se prend pour Dieu), l’ensemble est réjouissant et la deuxième partie est brillante.

Jack est interprété avec maestria (et également une bonne donne de cabotinage) par Peter O’Toole mais peut-on lui en vouloir d’en faire parfois trop ? Le rôle s’y prête à merveille ! Le personnage de Jack est très bien entouré par des seconds rôles jouissifs. Entre son cousin simplet, son oncle manipulateur, sa tante amorale, le majordome alcoolique et communiste, le  prêtre gâteux, sa femme ancienne prostituée, le psychiatre (qui n’est pas anglais)… on ne sait plus où donner de la tête.

Le film est bien entendu le produit de son époque tant au niveau du fond (l’esprit contestataire, engagé et irrespectueux) que de la forme (ah les scènes de comédie musicale !) mais « The Ruling Class » a plutôt bien vieilli est à la hauteur de la trilogie Mick Travis de Lindsay Anderson.

Le scénariste et homme de théâtre Peter Barnes adapte ici sa propre pièce pour l’écran. Du coup le tout garde un aspect assez théâtral (entendez par là que « The Ruling Class » est très dépendant de ses dialogues), mais le réalisateur a quelques bonnes idées visuelles et le château des Gurney a de la gueule (en fait le Harlaxton Manor dans le Lincolnshire).

Le réalisateur hongrois Peter Medak qui s’est réfugié en Grande Bretagne suite aux événements de 1956 et a fait ses classes à la télé anglaise, signait ici son deuxième long. Il a mené une carrière prolifique à la télé et sur grand écran à la fois au Royaume-Uni et aux USA enchaînant des oeuvres de qualité très inégale, mais il peut s’enorgueillir d’avoir réalisé quelques perles (dont « The Ruling Class » qui restera son chef d’oeuvre) et d’avoir travaillé pour les plus prestigieuses séries américaines (The Wire, Breaking Bad, Carnivàle… ou encore Magnum !).

« The Ruling Class » est disponible en DVD zone 1 dans la prestigieuse collection Criterion.

[xrr rating=8/10]

DVD Criterion. Zone 1 US. Version originale sous-titrée en anglais. Commentaire audio Peter O’Toole, Peter Medak et Peter Barnes

A découvrir également :