Horreur:
Neil Marshall

Reviewed by:
Rating:
4
On 8 avril 2013
Last modified:12 octobre 2015

Summary:

Un survival efficace et claustrophobe dans les profondeurs de la Terre.

Un survival efficace et claustrophobe dans les profondeurs de la Terre.

The Descent (2005)

The Descent (2005)

Réalisé et écrit par Neil Marshall

Avec Shauna Macdonald, Natalie Mendoza, Alex Reid,…

Directeur de la photographie : Sam McCurdy

Produit par Celador Films et Pathé en association avec Northmen Productions

Tourné aux studios Pinewood et en Ecosse

Horreur

99 mn

UK

Un an après un terrible accident de voiture qui a couté la vie à sa fille et son mari, Sarah (Shaun Macdonald) accepte de suivre ses amies pour une expédition spéléologique dans une grotte connue située dans les montages Appalaches en Caroline du Nord. Mais Juno (Natalie Mendoza) décide, sans leur dire, d’entrainer ses cinq amies dans un réseau inexploré.

The Descent (affiche uk)« The Descent » est le deuxième film de l’anglais Neil Marshall. Ce dernier s’était fait remarqué en 2002 avec un film improbable « Dog soldiers » qui mettait en scène l’affrontement entre des militaires en exercice dans la campagne écossaise et les loups garous. Un film d’horreur/action contre toute attente réussit.

« The Descent » baigne dans une ambiance bien différente, plus sérieuse mais aussi plus horrifique. Le pitch est plutôt classique, et le décor de grottes souterraines propices à un film d’horreur efficace. Après tout, comme dans l’espace, sous terre personne ne vous entend crier !

Mais un environnement propice ne suffit bien entendu pas à faire un film d’horreur efficace. On pense au très moyen « Sanctum », autre film d’horreur spéléologique, sortit en 2011. Un film d’horreur réussit n’est pas non une question de budget. L’horreur est le temple des films à bout de ficèle.

Avec dix fois moins de budget que « Sanctum », « The Descent » est donc cent fois plus efficace. Il est d’ailleurs étonnant de voir avec quelle facilité,  Neil Marshall arrive à cacher son tout petit budget (3,5 millions).  Alors que l’histoire est située aux USA, tous les extérieurs ont été filmés en Ecosse, et les scènes dans les caves ont été entièrement tournées en studio à Pinewood. Et on tombe dans le paneau.

Il est vrai que l’obscurité permet de dissimuler bien des choses, et la musique orchestrale de donner un souffle épique aux images de paysage.

L’une des originalités du film est également d’avoir décidé d’un casting 100% féminin. Fait rare dans les films d’horreur, surtout que nos héroïnes sont assez éloignées du stéréotype rattaché à l’usage des jeunes femmes dans un film d’horreur (gros nichos et cris sur aigus dès que le moindre danger se pointe).

Le symbolisme du film est assez fort, sans être trop lourd. Les créatures (des êtres humains dégénérés qui se sont adaptés à la vie souterraine) sont diablement efficaces et bien conçues.

Bref, à part, la toute dernière scène, un brin facile et très stéréotypée pour le coup, « The Descent » est un bon survival qui a rencontré un joli succès public et critique mérité à sa sortie. A noter qu’une suite « The Descent part 2 » est sortie en 2009, sans Neil Marshall, et qui n’apporte rien de plus.

Rating: ★★★★★★★☆☆☆ 

DVD et Blu-Ray Pathé. Version française et version originale sous-titrée en français

A découvrir également :