SF:
Franklin J. Schaffner

Reviewed by:
Rating:
3
On 25 décembre 2013
Last modified:16 octobre 2016

Summary:

Thriller fort recommandable, notamment grâce à son concept délirant et aux acteurs principaux qui y cabotinent joyeusement.

Thriller fort recommandable, notamment grâce à son concept délirant et aux acteurs principaux qui cabotinent joyeusement.

Ces garçons qui venaient du Brésil (Gregory Peck)

The Boys from Brazil (1978)

(Ces garçons qui venaient du Brésil)

Réalisé par Franklin J. Schaffner

Scénario de Heywood Gould d’après le roman d’Ira Levin

Avec Gregory Peck, Laurence Olivier, James Mason, Lilli Palmer, Jeremy Black, Bruno Ganz,…

Directeur de la photographie : Henri Decaë

Produit par Martin Richards et Stanley O’Toole pour ITC et Producers Circle

Thriller / SF

125 mn

UK / USA

Ezra Lieberman (Laurence Olivier), célèbre chasseur de nazis, reçoit un étrange appel en provenance du Paraguay. Son correspondant l’informe qu’un complot se prépare. A sa tête, le sinistre docteur Mengele (Gregory Peck), terrifiant médecin nazi recherché par toutes les polices. Son objectif : assassiner 94 hommes à travers le monde. Quel est le but de ce complot ? Quel point commun réunit les 94 victimes ? Lieberman se lance dans une enquête, dont la solution est au-delà de ses pires cauchemars…

Ces garçons qui venaient du Brésil (1979)« The Boys from Brazil » est adapté d’un roman d’Ira Levin, l’auteur new yorkais dont les romans et pièces, qui vont du polar à l’horreur en passant par la SF, ont été adaptés au cinéma notamment par Roman Polanski (« Rosemary’s baby », 1968), par Bryan Forbes (« The Stepford Wives », 1975) ou encore Sidney Lumet (« Deathtrap », 1982).

« The Boys from Brazil » part d’un fait très réel pour élaborer un concept scientifique fou. En effet le film prend comme méchant principal un nazi ayant vraiment existé le sinistre Dr Josef Mengele. Ce dernier était médecin dans le camp de concentration d’Auschwitz, supervisait la sélection des prisonniers est accusé d’avoir mené des expérimentations sur des centaines de juifs avec une obsession particulière pour les jumeaux.  Il s’est échappé en Amérique du Sud après guerre sous plusieurs fausses identités et n’a jamais été rattrapé malgré le fait qu’il ait été poursuivi activement par les organisations juives. Il est mort en février 1979 quelques mois après la sortie du film.

Le Dr Mengele campé par un Gregory Peck en pleine forme est cruel et machiavélique à souhait. En face de lui, on retrouve un vieux chasseur de Nazi, légèrement gâteaux, Ezra Lieberman (un personnage fictif) que personne n’écoute plus guère et interprété à l’écran par Laurence Olivier (qui interprétait un criminel de guerre nazi trois ans auparavant dans « Marathon Man » de John Schlesinger).

Mengale et Liberman forment un duo d’adversaires particulièrement réjouissant et leur rencontre finale, ainsi que la bagarre qui s’ensuit, vaut son pesant de cacahuètes. James Mason qui est également présent dans le rôle d’un commandant nazi constitue un contrepoint quasi « rationnel » face à la folie des grandeurs de Mengele. Les batailles verbales entre les deux vieux nazis sont également assez jouissives.

« Ces garçons venaient du Brésil » n’est pas le premier film de SF avec des nazis (un sous-genre qui a depuis connu pas mal de succès et a donné lieu à un incroyable nombre de nanars), mais le concept même du film est des plus délirants. Pour autant voici un bon thriller fort recommandable, notamment grâce à son scénario et aux acteurs principaux qui cabotinent joyeusement.

Le film présente les nazis comme des personnages dangereux mais aussi grotesques. Je ne sais pas si c’est totalement volontaire, mais le film propose à mon avis quelques bons moments de rigolade (je sais vu le sujet, ça parait étonnant).

Notons pour finir que « The Boys from the Brazil » a été réalisé honnêtement par Franklin J. Schaffner (The Planet of The Apes, Patton, Papillon) et produit par Lew Grade et ITC (légendaire maison de production britannique qui a produit notamment pour la télévision « The Saint » ou « The Prisonner »).

[xrr rating=7/10]

DVD Elephant Films (Zone 2 FR). Version anglaise sous titrée en français. Version française. Bonus : Bande-annonce, documentaire sur Gregory Peck (25′), documentaire sur Laurence Olivier (25′)

A découvrir également :