Review of: Spectre
Action:
Sam Mendes

Reviewed by:
Rating:
2
On 17 décembre 2015
Last modified:17 décembre 2015

Summary:

"Spectre" est-il plutôt "Skyfall" ou... "Quantum of Solace" ? Telle est la question.

« Spectre » est-il plutôt « Skyfall » ou… « Quantum of Solace » ? Telle est la question.

spectre_2015(daniel-craig)

Spectre (2015)

Réalisé par Sam Mendes

Ecrit par John Logan, Neal Purvis, Robert Wade et Jez Butterworth

Avec Daniel Craig, Christoph Waltz, Léa Seydoux, Ralph Fiennes, Monica Bellucci, Ben Whishaw, Andrew Scott, Dave Bautista,…

Directeur de la photographie : Hoyte Van Hoytema

Produit par Barbara Broccoli et Michael G. Wilson

Thriller / Action

UK / USA

James Bond (Daniel Craig) est à Mexico pour suivre une piste, sans autorisation officielle. Mais le capharnaüm qu’il créée sur place donne des arguments à ceux qui pensent qu’on devrait clore le programme double zéro. M (Ralph Fiennes) est furieux, d’autant qu’il doit faire face à la fusion du MI6 avec le MI5.

Spectre.2015Quatrième James Bond avec Daniel Craig, qui avait apporté un souffle neuf à la franchise avec son interprétation plus rugueuse, et deuxième signé par Sam Mendes après le triomphe de « Skyfall », autant dire que « Spectre » était attendu au tournant.

Certains envisageaint le retour de Sam Mendes aux commandes avec crainte. Pour ceux-là, « Skyfall » serait une trahison absolue qui mettrait en danger le mythe James Bond en tentant de complexifier et d’humaniser le héros. James Bond, ce serait des séquences d’action, un méchant très méchant mais mortel, une James Bond girl ultra sexy mais de passage et interchangeable, des jolies voitures, de jolis paysages et des gadgets. Point final. Vraiment ?

Et qu’en pensent les producteurs ? Pour le faire court, ceux qui n’avaient pas aimé « Skyfall » peuvent être rassurés. « Spectre » est un James Bond très classique. Trop ?

Après un démarrage à fond les manettes et une séquence d’introduction d’anthologie à Mexico durant le jour des morts, la suite se gâte très rapidement. Tout ça parce que l’intrigue est d’un classicisme et d’une minceur assez incroyable (bon sang il fallait vraiment quatre scénaristes pour aboutir à ça ?!). Ça pique, même pour un James Bond. A part quelques séquences d’action mémorables, n’attendez rien d’autre du film. Côté thriller, c’est lamentable.

Pourtant il y avait moyen d’avoir un minimum d’ambition avec un sujet au coeur de l’actualité, celui du partage des informations entre les différents services secrets et l’utilisation des drones qui permettraient de mettre au rebut l’espionnage classique comme le programme double zéro. Evidemment, le pantin gouvernemental en charge du projet est aux ordres du grand méchant (vu l’évidence de la chose, je ne spoile rien en vous le disant d’emblée).

Le grand méchant en question est incarné par un Christoph Waltz en forme, mais qui malgré son lien intime avec James Bond, est juste un méchant comme un autre. Ni plus, ni moins. Côté gentils, Ralph Fiennes (M), Ben Whishaw (Q) et Naomie Harris (Moneypenny) sont mignons mais trop accessoires. Comme la James Bond woman Monica Bellucci qui a un rôle intéressant mais court.

Le pompon revient toutefois à la James Bond Girl de service, ici incarnée par la française Léa Seydoux. Son personnage et sa relation avec James Bond ne sont pas crédibles pour un sou. Elle tombe amoureuse trop vite, pour après partir sur un coup de tête et puis revenir (mais bon elle n’avait pas trop le choix). Le yo-yo. Reste qu’on comprend pas trop pourquoi et comment elle a pu succomber au charme de James Bond et pourquoi ce dernier décide de l’amener avec elle dans la base du grand méchant d’où (il le dit lui-même), il a très peu de chances de revenir vivant. La séquence dans la base en plein désert est d’un ridicule assez incroyable (ok, pas besoin de réalisme, on est dans James Bond, mais quand même !).

Le « scénario » vous transporte du Mexique à Londres en passant par l’Italie, l’Autriche, le désert,… Même au niveau du catalogue touristique, ce n’est pas vraiment original.

Donc ok ce n’est pas original et plutôt laborieux (on sent Mendes pas vraiment concerné, mais après tout n’avait-il pas crié haut et fort après « Skyfall » qu’il ne voulait pas rempiler ?). La véritable question est donc celle-ci : Est-ce que « Spectre » est encore plus mauvais que « Quantum of Solace » ? Peut-être pas. Le film comporte des scènes d’action plus mémorables. Pour le reste…

Le James Bond de Daniel Craig nous aura joué les montages russes depuis « Casino royal ». On a cru comprendre que Craig avait fortement envie de tourner la page. Espérons que les producteurs auront le courage de se mettre un peu en danger et de revoir la formule lors de la prochaine passation. « Skyfall » aurait pu annoncer un nouveau départ, « Spectre » marque un retour en arrière. Du coup on aurait presque envie de dire aux producteurs : et si on arrêtait ?

Rating: ★★★★★☆☆☆☆☆ 

Dans les salles françaises depuis le 10 novembre 2015.

A découvrir également :