Horreur:
Ricky Wood Jnr

Reviewed by:
Rating:
2
On 25 janvier 2014
Last modified:12 octobre 2015

Summary:

Film d'horreur basé sur une vieille légende écossaise à propos d'un clan de cannibales. Du gore et de beaux paysages.

Film d’horreur basé sur une vieille légende écossaise à propos d’un clan de cannibales. Du gore et de beaux paysages.

Sawney - Lord Of Darkness

Sawney : Flesh of Man (2012)

(Lord of Darkness)

Réalisé par Ricky Wood Jnr

Ecrit par Richard W. Wood

Avec David Hayman, Samuel Feeney, Gavin Mitchell,…

Directeur de la photographie : Ranald Wood

Produit par Ricky Wood Jnr et Richard W. Wood pour TVP Film & Multimedia

Horreur

90 mn

UK

Jeune journaliste écossais, Hamish MacDonald (Samuel Feeney) prend un intérêt personnel dans un meurtre horrible quand la soeur de son ex petite amie est retrouvée morte, démembrée sur un lieu de sacrifice. Il est bien décidé à aller plus vite que la police…

L’intrigue de « Sawney : man of flesh » s’inspire d’une légende écossaise qui date de 16e siècle. Un certain Sawney Bean se serait installé avec sa femme dans une cave sur la côte écossaise. Ils eurent huit fils et six filles. Par le biais de l’inceste, la famille  s’agrandit rapidement. Pour survivre, le clan s’attaquait à des gens de passage, qu’ils volaient et dévoraient. Ils furent finalement tous arrêtés et exécutés sans procès.

Le film se déroule dans l’Ecosse contemporaine, cinq cent ans plus tard et prend pour base de départ qu’un survivant a pu s' »chapper. Le film nous propose de faire la connaissance des ses descendants.

Quand on pense à des histoires de familles de dégénérés cannibales, on a essentiellement deux films en tête :  « The Texas Chain Saw Massacre » (1974) de Tobe Hopper et « The Hills have Eyes » (1977) de Wes Craven. « Sawney » (rebaptisé bêtement « Lord of Darkness » pour la distribution internationale) – essaie clairement de s’inscrire dans les pas de ses prédécesseurs.

Le problème est que ces films ont déjà été maintes fois copiés et ont fait l’objet tous deux de remakes récents. Ça va donc être dur de faire du neuf. Vous ne serez donc guère étonnés de savoir que la principale originalité de « Sawney » est de se situer en Ecosse. Et le réalisateur utilise à merveille les décors naturels qui expliquent en bonne partie l’ambiance qui se dégage du film.

Parce que sinon nous avons affaire à une production qui si elle ne fait du coup pas trop fauchée, manque cruellement d’idées. Le scénario est des plus banals et bancals et à part le petit retournement à la fin, aucune surprise ne vous attend.

La famille de cannibales est composée de créatures à figure plus ou moins humaines. Le pompon est décroché sans trop de difficultés par les deux frères jumeaux ninja yamakasi qui à eux seuls réussissent à enlever toute prétention au sérieux que pourrait avoir le film ! « Sawney » n’évite pas les effets faciles, ne vous fera pas peur, mais l’acteur écossais David Hayman s’en tire plutôt pas mal dans son rôle de chef de clan, à figure humaine mais pas moins timbré que ceux plus monstrueux.

A part les somptueux paysages écossais et David Hayman en sous-Harry Powell (le faux révérend de « The Night of the Hunter » avec qui il partage la noirceur de son âme et l’amour de la Bible), il n’y a donc pas grand chose de consistant à se mettre sous la dent. On regrette que le scénario n’ait pas été davantage travaillé (avec un ou deux rebondissements en plus et un petit travail sur la vraisemblance du scénario pour qu’on puisse y croire davantage).

Rien de honteux pour un film d’horreur à tout petit budget  (tourné les week-ends sur une période de deux ans) écrit, réalisé et produit en famille (le réalisateur Ricky Wood Jnr met en scène le scénario écrit par son père avec son frère Ranald en directeur photo).  A noter qu’ils voulaient d’abord tourner un film d’époque sur la légende même, mais que pour des raisons budgétaires ils ont décidé de situer l’action de nos jours et en réduisant nettement la taille du clan. Un choix compréhensible.

Rating: ★★★★★☆☆☆☆☆ 

DVD ou Blu-ray Zone UK. Audio en anglais.