Thriller:
Susanna White

Reviewed by:
Rating:
2
On 6 novembre 2016
Last modified:6 novembre 2016

Summary:

Un thriller pas mémorable pour un sou, de la faute à une intrigue bancale et peu réaliste, une réalisation trop classique et des personnages peu crédibles

Un thriller pas mémorable pour un sou, de la faute à une intrigue bancale et peu réaliste, une réalisation trop classique et des personnages peu crédibles.

Un traître idéal (2016)

Our Kind of Traitor (2016)

(Un traître idéal)

Réalisé par Susanna White

Ecrit par Hossein Amini d’après le roman de John Le Carré

Avec Ewan McGregor, Naomie Harris, Stellan Skarsgård, Damian Lewis, Mark Gatiss,…

Directeur de la photographie : Anthony Dod Mantle

Produit par Gail Egan, Stephen and Simon Cornwell, Raphaël Benoliel pour Studio Canal et Film 4

Thriller

108mn

UK/France

« En vacances à Marrakech, un couple d’Anglais, Perry (Ewan McGregor) et Gail (Naomie Harris), se lie d’amitié avec un millionnaire russe nommé Dima. Ils ignorent que cet homme charismatique et extravagant blanchit l’argent de la mafia russe… Lorsque Dima demande leur aide pour livrer des informations explosives aux services secrets britanniques, la vie de Perry et Gail bascule. À travers toute l’Europe, ils se retrouvent plongés dans un monde de manipulation et de danger où chaque faux pas peut leur coûter la vie »

Our kind of traitor (affiche)John Le Carré (David Cornwell de son vrai nom) est l’un des auteurs de thriller et de films d’espionnage les plus adaptés sur petit et grand écran. Ces dernières années on a eu droit notamment pour le cinéma à « Tinker Tailor Soldier Spy » (2011), « A Most Wanted Man » (2014) et donc à présent « Our Kind of Traitor ».

Tout comme « A Most Wanted Man », « Our Kind of Traitor » est produit par les deux fils de John Le Carré, Simon et Stephen. Et comme les deux films précédents, il bénéficie d’un casting solide. La réalisation est signée Susana White, surtout active à la télévision (Parade’s End, Bleak House,…) et qui au cinéma n’avait signé jusqu’à maintenant que la comédie familiale « Nanny McPhee Returns » (2010). Sa prestation est ici dans l’air du temps, passe-partout (filtre gris-blue y compris – on ne félicite pas le directeur de la photo Anthony Dod Mantle – pourtant oscarisé en 2009 pour « Slumdog Millionnaire »).

Sans être un mauvais film, « Our Kind of Traitor »  est un thriller assez quelconque. C’est à la fois peu crédible, un peu longuet et sans surprise.

Notre couple d’Anglais accepte un peu facilement de mettre leur vie en danger pour un homme qu’ils connaissent à peine. L’amitié entre Perry (professeur à l’université et mec trop courageux et trop altruiste dans la vie) et Dima (le millionnaire russe extraverti qui travaille pour la mafia) reste assez artificielle et relativement incompréhensible.

Le personnage de Gail, l’épouse de Perry n’est pas plus crédible. Réticente au début à aider un mafieux (réaction compréhensible !), elle devient tout à coup aussi engagée que son mari auprès de Dima et de sa famille tout en se rapprochant de son mari – alors que le couple battait de l’aile (on nous montre qu’elle prend en pitié les deux jumelles qui sont sous la protection de Dima et ses enfants…). C’est un peu léger et Dima a eu bien de la chance de tomber sur des Anglais si compréhensifs et si à l’aise avec l’idée d’avoir la mafia russe sur le dos ! Ça tient quand même moyennement la route.

Tout comme le personnage d’Hector (Damien Lewis) agent du gouvernement qui, pour des raisons de vengeance personnelle plus que de morale, se rebelle contre sa hiérarchie et décide d’organiser à lui seul l’opération de secours de Dima et de sa famille avec deux autres collègues… tout en comptant sur la bonne volonté de Perry.

Ça devient une habitude, mais pour leur part, les désormais légendaires mafieux russes sont encore une fois les méchants absolus, sans aucune âme et prêts à tout pour amasser le maximum d’argent. Tandis que le gouvernement britannique est prêt à accueillir ces criminels les bras ouverts tant qu’ils apportent leurs millions avec eux. C’est peut-être proche de la réalité, mais comme là aussi on nous la fait souvent, il aurait fallu apporter un peu de nouveauté dans cette recette un peu trop souvent servie.

Enfin le film souffre d’un manque de moments forts et haletants ou de personnages vraiment mémorables qui pourraient faire un peu oublier le côté artificiel de l’intrigue. Quand à la fin, elle est juste prévisible.

DVD et Blu-ray FR. Studio Canal. Version française et version originale sous-titrée en français.

Suivez-nous :

A découvrir également :