Série:
Peter Flannery

Reviewed by:
Rating:
4
On 2 août 2015
Last modified:2 août 2015

Summary:

Our Friends in the North (1996) est une mini série culte des années 90 qui raconte le destin de quatre amis de Newcastle de 1964 à 1995. Le récit d'une très grande richesse est porté par des personnages forts et attachants.

Our Friends in the North (1996) est une mini série culte des années 90 qui raconte le destin de quatre amis de Newcastle de 1964 à 1995. Le récit d’une très grande richesse est porté par des personnages forts et attachants.

our-friends-in-the-north

Our Friends in the North (1996)

Mini-série créée par Peter Flannery

Réalisée par Simon Cellan Jones, Pedr James et Stuart Urban

Avec Christopher Eccleston, Mark Strong, Gina McKee, Daniel Craig, Peter Vaughan, David Bradley, Malcolm McDowell,…

Produit par Charles Pattinson

Mini-série (serial) en 9 épisodes (623 mn)

Diffusée pour la première fois sur BBC2 du 15 janvier au 11 mars 1996

Drame / Crime / Politique / Social

UK

Après plusieurs mois d’absence, Dominic ‘Nicky’ Hutchinson (Christopher Eccleston) revient des Etats-Unis où il s’est engagé au côté du mouvement des droits civiques. Il retrouve ses parents, sa petite amie Mary Soulsby (Gina McKee) et ses amis George ‘Geordie’ Peacock (Daniel Craig) et Terry ‘Tosker’ Cox (Mark Strong).

En 1964, quatre amis âgés de la vingtaine habitant à Newcastle tentent de se construire une vie. Nous allons suivre leurs trajectoires personnelles de 1964 à 1995 à travers neuf épisodes consacrés chacun à une année bien précise : 1964, 1966, 1967, 1970, 1974, 1979, 1984, 1987 et 1995.

Il suffit de lire le pitch de la mini-série (ou « serial » au UK) créée par Peter Flannery pour prendre mesure de l’ambition du projet. D’autant que le paysage social et politique de la Grande Bretagne s’est profondément modifié sur cette période.

« Our fiends in the North » essaie de justement montrer toute la complexité de l’époque et se veut une oeuvre politique. « Je voulais écrire une pièce sur l’apathie, la décomposition et la corruption de la politique britannique » confie Flannery quelques années plus tard. Voilà qui peut faire peur. La mini série ne va-t-elle pas être victime de son ambition et devenir un pamphlet indigeste de plus de dix heures ?!

« Our friends in the North » a d’abord vu le jour sur les planches en 1980 alors que Flannery était un auteur à résidence de la prestigieuse Royal Shakespeare Company. La pièce est consacrée largement à un épisode réel : le travailliste Thomas Daniel Smith était à la tête du conseil municipal à Newcastle de 1960 à 65. Pour régler la crise du logement au niveau local, il décide de faire construire des tours. La corruption et les magouilles vont miner le projet et les tours vont tomber rapidement en décrépitude. Smith sera condamné à la prison en 1974 et un ministre conservateur Reginal Maudling devra démissionner.

Sur le plan politique, la pièce s’intéresse aussi aux derniers soubresauts du colonialisme (ici la Rhodésie), aux errements du mouvement anarchiste britannique et à la corruption de la police londonienne (notamment à travers le développement de Soho dans les années 60 et 70).

Déjà la pièce proposait de voir les événements à travers le yeux des quatre amis. Evidemment la version originale se terminait en 1979 à l’élection de Thatcher. Un message important est déjà dans la pièce : les travaillistes sont responsables du thatchérisme par leur corruption et leur luttes internes, et la politique, les pouvoirs publics et l’économie britannique sont largement corrompus.

Un producteur de la BBC, Michael Wearing (qui à l’époque travaillait sur un autre futur classique « The Boys from the Blackstuff ») approche Flannery dès 1982 afin de transposer sa pièce sur petit écran pour BBC1. Mais deux ans plus tard, après un changement à la tête de BBC1, le projet est mis au placard.

En 1986, suite au succès de la diffusion sur BBC2 de la série allemande « Heimat » (qui raconte l’histoire d’un village et de ses habitants de 1919 à 1982), le projet « Our Friends In the North » revient à l’ordre du jour. Mais finalement BBC2 laissera à nouveau tomber le projet en 1989 à cause du coût potentiel, des risques de procès (Flannery s’inspirant donc de personnages réels) et aussi de peur de se faire accuser encore d’anti-tachérisme primaire.

Néanmoins en 1993, une nouvelle version du script de « Our Friends in the North » est commandée à Flannery (avec cette fois une histoire qui doit se dérouler jusqu’en 1991). La mort de certains des protagonistes de l’histoire originale va calmer les états d’âme du département légal de la BBC. Et finalement le plus gros compromis que devra faire Flannery sera économique : les scènes en Rhodésie devront être supprimées pour garder le budget à un niveau acceptable. Flannery obtiendra quand même un budget de 7 millions de livres (soit la moitié du budget serials de la BBC2).

La réalisation est d’abord confiée à Danny Boyle qui vient juste de triompher sur les écrans avec son premier film « Shallow Grave » (1994). Celui-ci déclarera finalement forfait et sera remplacé par Stuart Urban qui finalement partira après avoir filmé un peu plus d’un épisode suite à un désaccord avec Flannery, celui-ci l’accusant d’avoir une approche « anthropologique » des personnages ! Finalement c’est Simon Cellan Jones qui réalisera une grande partie des épisodes au cours d’un tournage marathon qui durera près d’un an.

Au niveau des acteurs, le casting est riche de seconds rôles portés par des acteurs réputés (Peter Vaughan, David Bradley,…), le principal étant bien entendu Malcolm McDowell qui joue ici le rôle d’un entrepreneur en pornographie de Soho. Les quatre amis sont interprétés par des acteurs alors pas très connus à part Christopher Eccleston qui a été amené dans le projet par Danny Boyle. Mark Strong et Gina McKee vont gagner du galon mais la grande révélation de la mini série reste Daniel Craig. Le futur James Bond livre une prestation assez incroyable et très émouvante.

La mini série est enfin diffusée début 1996. Et contre toute attente, la critique et le public sont unanimes. « Our friends in the North » devient culte et a, de plus, très bien vieilli. Elle reste l’un des plus beaux succès de la télévision britannique des années 80-90 en matière de mini-série (le nouveau fer de lance de la fiction UK après la disparition progressive des « single plays » – ces téléfilms d’une heure qui ont fait la gloire du petit écran britannique dans les années 60 et 70). Voici donc l’un des plus beaux exemples de serials british avec « Edge of Darkness » (1985), « Boys from Blackstuff (1982) », « GBH » (1991) ou « The Singing Detective » (1986).

Le succès de « Our Friends in the North » s’explique par ses personnages, forts et attachants, qui ne sont pas sacrifiés sur l’autel d’un scénario complexe et ambitieux. C’est la grande qualité du scénario de Flannery. Il n’oublie jamais ses personnages et ceux-ci sont suffisamment complexes et attachants pour qu’on ne se désinteresse jamais de leur sort.

La mini série ne se résume jamais à un simple critique politique acerbe de la grande bretagne d’après guerre. L’éducation, la vie de couple, le sacrifice ou l’égoïsme, les relations inter-générationnelles sont au coeur de l’intrigue. Le constat est très dur mais il n’est jamais glacial.

[xrr rating=9/10]

DVD zone 2 UK. Studio Simply Media. Version originale avec des sous titres en anglais. Livret de 20 pages.

A découvrir également :