Documentaire:
Terence Davies

Reviewed by:
Rating:
3
On 21 juillet 2017
Last modified:21 juillet 2017

Summary:

Un poème visuel consacré à Liverpool par l'un de ses enfants, le cinéaste Terence Davies

Un poème visuel consacré à Liverpool par l’un de ses enfants, le cinéaste Terence Davies

Of Time and the City (2008)

Ecrit et réalisé par Terence Davies

Directeur de la photographie : Tim Pollard / Archives : Jim Anderson / Montage : Liza Ryan-Carter

Produit par Roy Boulter et Sol Papadopoulos pour HanWay Films

Documentaire

74mn

UK

L’idée de confier un film sur Liverpool à Terence Davies vient des producteurs Roy Boulter et Sol Papadopoulos qui ont obtenu un budget pour faire trois film sur la ville. Logiquement ils ont contacté le plus célèbre cinéaste natif de Liverpool, Terence Davies. Mais celui-ci a d’abord refusé. Pas question pour lui de faire une nouvelle fiction sur Liverpool après « Distant Voices, Still Lives » (1988) et « The Long Day Closes » (1992).

Au lieu d’une fiction, Davies propose aux producteurs insistants de faire un documentaire sur son histoire personnelle avec la ville où il a grandi.

‘Nous vénérons les lieux abhorrés et abhorrons les lieux vénérés.  Nous quittons les lieux abhorrés avant de passer notre vie à tenter de les reconquérir. Approchez-vous et découvrez vos rêves. Approchez-vous et vous verrez les miens. »

Davies, entre deux poèmes et citations, nous parle (souvent avec une pointe d’ironie plus ou moins appuyée) de ses prières, de son homosexualité non assumée (mais bon comment assumer son homosexualité dans les années 50 quand c’était un crime ?), de sa vie dans les quartiers populaires, des matchs de foot du samedi, de la messe du dimanche, de ses journées passées dans les salles obscure ou devant les matchs de catch ou encore des virées festives à New Brighton (un mini Blackpool). Et bien sûr de l’impact de l’histoire, du couronnement d’Elizabeth II (qui en prend pour son grade), la guerre de Corée ou encore le triomphe des Beatles (qu’il avoue n’avoir jamais compris). On y voit aussi la transformation des quartiers populaires, des maisons d’ouvrier détruites pour faire places aux tours modernes.

Davies »Of Time and the City » est constitué majoritairement d’images d’archive de Liverpool des années 40 aux années 70  (à hauteur de 85%). Et parmi les 15% restants, une grande partie a été tournée par le directeur de la photo, sans l’intervention de Davies. Ce choix est en fait dû au concept même du film. Ce n’est pas un documentaire sur Liverpool mais un poème visuel sur le Liverpool vu et vécu par Terence Davies (de sa naissance en 1945 jusqu’à son départ dans les années 70). Les quelques images du Liverpool d’aujourd’hui ne tentent pas de documenter le présent de la ville (que Davies ne connait de toute façon pas).

Avec l’archiviste Jim Anderson et la monteuse Liza Ryan-Carter et un choix judicieux de textes et de musique, Davies a réussi le petit miracle de créer une oeuvre cohérente et émouvante avec une identité très forte.

Pour cette oeuvre, mi-documentaire, mi-poème, Davies s’est sans surprise inspiré du classique d’Humphrey Jennings « Listen to Britain » (1942). Il y a pires références.

DVD zone 2 FR. Studio Jour2fête (2009). Version originale sous-titrée en français. Bonus : entretien avec Terence Davies, making of