Review of:

Reviewed by:
Rating:
3
On 27 janvier 2016
Last modified:27 janvier 2016

Summary:

Un thriller d'espionnage ou le décryptage d'une histoire d'amour endeuillée ? Les deux !

Un thriller d’espionnage ou le décryptage d’une histoire d’amour endeuillée ? Les deux ! Une mini-série ambitieuse qui ne laissera pas indifférent.

London Spy

London Spy (2015)

Créée et scénarisée par Tom Rob Smith

Réalisée par Jakob Verbruggen

Avec Ben Whishaw, Edward Holcroft, Jim Broadbent, Charlotte Rampling,…

Directeur de la photographie : Laurie Rose

Produit par Guy Heeley pour Working Title Television

Première diffusion sur BBC Two du 9 novembre au 17 décembre 2015

5x60mn

Drame / Thriller

UK

Jeune homosexuel paumé habitant à Londres, Danny (Ben Whishaw) tombe amoureux de l’énigmatique et antisocial Alex (Edward Holcroft). Lorsque ce dernier disparaît, Danny fait tout pour le retrouver et découvrir la vérité, qui va le mener à travers bien des dangers.

« London Spy » est une mini série créée et écrite par le romancier Tim Rob Smith qui effectue ici ses débuts en tant que scénariste (si on excepte deux épisodes pour le soap de la BBC « Doctors » au début des années 2000).

Thriller d’espionnage, la mini-sérié prend à contre-pied les règles basiques du genre. On est très loin de l’univers romantique d’un James Bond. il n’y a aucune scène d’action. La série est très lente. L’espionnage est au centre, mais finalement devient secondaire. Pas non plus de bagarre entre les services secrets des différents pays afin de dominer le monde, non ceux-ci sont d’accord dans leur analyse, et finalement le pouvoir (quel que soit le pays ou son expression) devient une forme unique, insaisissable, menaçante et écrasante.

« London Spy » se concentre largement sur l’histoire d’amour d’un couple homosexuel et choisit comme protagoniste un jeune homme à la dérive, ni beau, ni intelligent, mais amoureux… de son exact opposé : un jeune homme de bonne famille, énigmatique, génial, sportif et sexuellement innocent. C’est par amour, et seulement pour cette raison, qu’il se mettra en quête de la vérité, alors même qu’il est rapidement établi que cela pourra lui coûter la vie.

Aidé principalement de Scottie (Jim Broadbendt) un ami, espion à la retraite, il va ainsi tenter d’assembler les pièces du puzzle, et remonter lentement mais sûrement vers la vérité.

Lentement. Si vous n’aimez pas les scènes qui ne font pas directement avancer l’intrigue, les longs dialogues, parfois abscons, où l’important est dans le non dit, vous allez avoir du mal à tenir le coup jusqu’à la fin !

L’intrigue est presqu’une excuse. Et franchement elle n’est pas très crédible. L’important est dans les personnages et son ambiance particulière. C’est l’intérêt et la faiblesse de « London Spy ». Car ses personnages ont-ils vraiment assez de consistance, de subtilité pour porter quasiment à eux-seuls la série (soit 5 heures de programme) ? Pour moi, pas tout à fait.

Heureusement London Spy s’appuie sur une réalisation solide de Jakob Verbrugger (même si celui-ci aime un peu trop faire tourner sa caméra autour de ses personnages !), sur une très belle photo et sur un casting impressionnant. Ben Whishaw (la star de la série « The Hour » et qui incarne aussi le personnage Q dans les deux derniers James Bond) est excellent, dans ce rôle où le personnage est défini par sa sensibilité, ses sentiments. Jim Broadbent en espion à la retraite dépressif et Charlotte Rampling en mère manipulatrice sont également parfaits.

Rating: ★★★★★★☆☆☆☆ 

Pas de diffusion française prévue pour l’instant (janvier 2016)

A découvrir également :