Catastrophe:
Richard Lester

Reviewed by:
Rating:
4
On 3 février 2015
Last modified:3 février 2015

Summary:

Un film catastrophe signé Richard Lester au ton délicieusement décalé mais qui garde toute son efficacité

Un film catastrophe au ton délicieusement décalé mais qui garde toute son efficacité

Juggernaut1974

Juggernaut (1974)

(Terreur sur le Britannic)

Réalisé par Richard Lester

Ecrit par Richard Alan Simmons et Richard Lester

Avec Richard Harris, Omar Sharif, David Hemmings, Anthony Hopkins, Shirley Knight, Ian Holm, Roy Kinnear, Anthony Hopkins…

Directeur de la photographie : Gerry Fisher

Produit par Richard Alan Simmons

Durée 109 mn

Catastrophe / Thriller

UK

Le paquebot Britannic entame une croisière devant le mener de l’Angleterre aux États-unis. Le propriétaire de la compagnie maritime à qui appartient le bateau, Nicolas Porter (Ian Holm), reçoit un coup de fil d’un certain Juggernaut qui lui annonce qu’il a placé plusieurs bombes à bord. Après une petite explosion sur le pont du navire destinée à prouver qu’il est sérieux, Juggernaut exige une forte rançon afin de donner le moyen de désamorcer les bombes.

Juggernaut-1974Sorti au début de la grande vague des films catastrophes qui inondera les écrans au milieu des années 70, « Juggernaut » est pourtant différent du film catastrophe typique. C’est en grande partie dû à la patte de Richard Lester, alors nettement plus connu pour ses comédies débridées (Help!, How I Won the War, The Bed Sitting Room,…) et ce même s’il sortait tout juste d’un film d’action aventures très réussi (The Three Musketeers).

Lester est pourtant arrivé tardivement sur « Juggernaut » à la demande de son ami producteur Denis O’Dell, et il commence le tournage alors qu’il n’a pas encore achevé son deuxième film adapté de Dumas (The Four Musketeers). Il trouve pourtant le temps de participer à la réécriture du scénario, et tourne le film en six semaines (au lieu des dix semaines prévues).

Le film se déroule essentiellement en pleine mère sur le paquebot « TS Hamburg » qui avait été récemment racheté par l’Union Soviétique. Les scènes de tempête ont elles été filmées dans un bassin installé dans les studios de Pinewood.

« Juggernaut » est notamment remarquable par son refus d’utiliser la musique (sauf à la toute fin) afin d’accentuer le suspense. Comme souvent chez Lester, il glisse des images qui semblent presque volées (la scène du bal costumé où les passagers – alertés du danger – font semblant de s’amuser) et une bonne dose d’humour, ici particulièrement via le personnage de l’officier chargé de l’animation à bord, interprété par Roy Kinnear.

Les personnages sont particulièrement intéressants (et changent radicalement des stéréotypes générant les sous intrigues mélo qu’on a l’habitude de croiser dans les films catastrophes). Le policier chargé de suivre le dossier le Supt. John McLeod (interprété par Anthony Hopkins) a également sa femme et ses deux enfants à bord. Au lieu de tirer sur la corde sensible, le scénario sous-entend que le couple est au plus mal, d’où une certaine distance (mêlée à un sentiment de culpabilité) chez McLeod.

Le personnage du directeur de la compagnie maritime Nicolas Porter (Ian Holm) n’est pas un homme d’affaires ultra libéral prêt à sacrifier la vie de ses passagers pour des raisons économiques. En fait il cède à la pression du gouvernement qui ne veut pas traiter avec des terroristes et préfère prendre des risques plutôt que de répondre aux exigences du maitre chanteur qui se fait appelé Juggernaut.

Le commandant du paquebot (Omar Sharif) est remarquable par son sang froid mais aussi par une certaine froideur bien mise en évidence dans sa relation avec son amante (Shirley Knight).

Pendant la première partie du film, Lester se concentre sur l’ambiance et l’intrigue qui se met en place, les personnages qui prennent vie. Lester nous montre la vie à bord du paquebot et propose une vision intéressante et humoristique des croisières pendant les seventies – avec des scènes très Tatiesques (Lester est un fan de Jacques Tati). Au second niveau de lecture, on devine sans trop de difficulté une critique assez acerbe de l’état de la société britannique de l’époque (jusque dans les motivations de Juggernaut).

La deuxième partie du film fait monter la pression une fois que les démineurs (menés par le colonel Fallon interprété par Richard Harris et Charlie joué par David Hemmings) embarquent à bord.

Les scènes de déminage sont assez remarquables. Et le duo maitre-élève Richard Harris-David Hemmings efficace (même si ce dernier est plus un faire valoir qu’autre chose). Cette dernière partie repose en grande partie sur le dos du personnage du colonel Fallon et de sa relation avec son partenaire Charlie et le commandant de bord.

« Juggernaut » vaut le coup d’oeil que vous soyez fan ou non des films catastrophes et de thrillers maritimes. C’est un film assez complexe qui peut être apprécié à plusieurs niveaux, l’un des meilleurs films de Richard Lester.

[xrr rating=7/10]

DVD zone 2 FR. Studio MGM. Version originale avec des sous titres français et version française

A découvrir également :