Review of: Handgun
Drame:
Tony Garnett

Reviewed by:
Rating:
4
On 23 août 2017
Last modified:25 août 2017

Summary:

Tony Garnett signe une approche originale d'un genre rabattu, le revenge movie. Un film fort qui s'interroge également sur la fascination américaine pour les armes à feu

Tony Garnett signe une approche originale d’un genre rabattu, le revenge movie. Un film fort qui s’interroge également sur la fascination américaine pour les armes à feu

Handgun (1984)

Ecrit et réalisé par Tony Garnett

Avec Karen Young, Clayton Day, Suzie Humphreys,…

Directeur de la photographie : Charles Stewart / Production design : Lilly Kilvert / Montage : Bill Shapter / Musique : Mike Post

Produit par Tony Garnett pour EMI Films et Kestrel Films

Drame

101mn

UK

Kathleen Sullivan (Karen Young) est une jeune professeure qui a quitté sa ville natale de Boston pour venir s’installer à Dallas. Elle ne connait pas grand monde sur place donc quand Larry (Clayton Day) lui propose de sortir avec elle, elle accepte tout en lui précisant qu’elle ne souhaite pas aller plus loin. Mais un soir, alors qu’elle accepte de venir diner chez lui, il la séquestre et la viole. Pour Kathleen, le cauchemar va commencer et elle décide de se venger.

Kathleen est une jeune femme timide et pieuse. Originaire de Boston, elle s’est installée à Dallas où elle travaille comme professeur dans un grand lycée local. Elle est nostalgique de sa ville natale, ses parents lui manquent et n’a que très peu d’amis sur place. Quand elle rencontre Larry, un avocat amateur d’armes à feu, elle est réticente à accepter de passer du temps avec lui. Elle sort d’une histoire d’amour malheureuse et ne souhaite pas rencontrer d’autres hommes pour l’instant.

Mais Larry insiste et un soir, alors qu’elle est venue diner chez lui et qu’elle lui dit non, il la frappe et la viole à deux reprises. Elle finit par partir alors que Larry se plaint de sa frigidité et lui conseille de consulter. Pour Larry, il n’a aucun tort, c’est Kathleen qui est perturbée et coincée.

Kathleen dépose plainte au commissariat, se sent humiliée par son passage devant la police et les médecins. Aussi quand elle apprend que de toute façon sa plainte sera rejetée par un tribunal car Larry n’a pas de casier judiciaire et qu’elle s’était rendue librement chez lui, elle décide de prendre les choses en mains et de prendre des cours de tir au club local.

« Handgun » s’inscrit dans le genre des revenge movies, mais y apporte une sensibilité psychologique et un oeil incisif sur l’obsession de la population américaine pour les armes à feu. Le film est remarquable aussi par son refus de la violence gratuite (la scène de viol est ainsi plus suggérée que montrée), ce qui est rare dans le genre. Et pourtant ça n’enlève rien de son efficacité.

Le film bénéficie aussi d’une excellente prestation de Karen Young dont il s’agit de la première apparition sur les écrans. L’actrice originaire du New Jersey tournera par la suite dans une cinquantaine de films (dont « Birdy » en 1984), séries ou téléfilms mais cette prestation semble rester aujourd’hui la plus marquante.

Fidèle à une approche quasi documentaire qu’il avait déjà mise en oeuvre pour son premier film, Garnett filme la passion des Américains pour les armes à feu au plus près, dans les clubs de tir aussi bien que dans de véritables « supermarchés » entièrement consacrés aux armes à feu où celles-ci sont vendues comme s’il s’agissait d’objets de consommation courante.

Tony Garnett a développé l’idée de « Handgun » en se rappelant de son premier séjour aux USA à la fin des années 60. Il est alors choqué par la présence des armes qui font partie du quotidien des Américains. Un vrai choc de civilisation pour un Britannique, expliquera-t-il plus tard.

A la toute fin des années 70, Tony Garnett est un reconnu pour son travail en tant que producteur pour la télévision et le cinéma britannique. Sa collaboration avec Ken Loach a été particulièrement fructueuse et on le retrouve notamment derrière « Cathy Come Home » (1966), « Kes » (1968) et « Family Life » (1971) ou encore la mini série télé « Days of Hope » (1974).

Garnett fait ses débuts en tant que réalisateur avec « Prostitute » en 1980 qui suit la vie d’une prostituée de Birmingham qui part s’installer à Londres. Il signe le scénario, réalise et produit « Handgun » en 1982 ou 1983 mais a la mauvaise idée de signer un accord de distribution avec la Warner. Le studio américain l’installe dans des bureaux et lui demande de développer des projets. Mais il doit mettre la pression sur la Warner pour qu’ils sortent enfin « Handgun » en janvier 1984… en catimini. Tony Garnett découvre alors que Warner lui avait fait signé un accord pour protéger la sortie d’un autre revenge movie, le quatrième opus de la série « Dirty Harry », « Sudden Impact » sorti en décembre 1983. Bienvenue à Hollywood !

Du coup, « Handgun » reste malheureusement aujourd’hui un film peu connu. Sorti en DVD en 2012 par Network, il mérite pourtant d’être redécouvert et est un excellent revenge movie qui s’éloigne des clichés et de la violence souvent gratuite du genre.

DVD UK. Studio Network (2013). Version originale non sous-titrée.

A découvrir également :