Action / Aventure / Thriller:
Terence Young

Reviewed by:
Rating:
4
On 16 novembre 2012
Last modified:11 octobre 2015

Summary:

James Bond revient, encore plus fort et avec plus de jolies filles ! "From Russia with love" est le deuxième film de la série et pour certains le meilleur.

James Bond revient, encore plus fort et avec encore plus de jolies filles !

Bons baisers de Russie - James Bond

From Russia With Love (1963)

(Bons baisers de Russie)

Réalisé par Terence Young

Ecrit par Richard Maibaum et Johanna Harwood d’après le roman de Ian Flemming

Avec Sean Connery, Daniela Bianchi, Pedro Armendáriz, Robert Shaw,…

Directeur de la photographie : Ted Moore

Produit par Albert R. Broccoli et Harry Saltzman

Filmé à Pinewood et Istanbul

115 mn

UK

SPECTRE en veut à James Bond pour la mort de Dr NO. Et l’organisation criminelle compte bien se venger tout en se faisant beaucoup d’argent. Son plan ? Attirer Bond à Istanbul, le pousser à y voler aux Russes un Lektor (une machine qui permet de décrypter les messages secrets), tuer Bond et re-vendre le Lektor aux Russes.

Bons baisers de Russie (1963)Deuxième film de l’une des plus célèbres et lucratives franchises cinématographiques du monde, « From Russia With Love » est né du succès de « Dr No ». Sorti juste un an après le premier film, il reprend la recette inaugurée par « Dr No » en se contentant d’y apporter quelques subtiles évolutions : plus d’action, plus de filles ! Plus sérieusement, il a introduit plusieurs éléments majeurs de la série : la pré-séquence d’action avant le générique, le personnage de Numéro 1, l’utilisation de gadgets,…

Bref si « Dr No » avait posé les fondations du mythe, « From Russia With love » a mis la charpente. Les autres films n’ont eu plus ensuite qu’à apporter leur lot de briques pour construire l’édifice rococo-baroque qu’on connait aujourd’hui.

Le réalisateur Terence Young, et l’acteur Sean Connery, rempilent après le succès de « Dr No ». Le film a bénéficié d’un budget double à celui de son prédécesseur. Ça se voit à l’écran. Les locations et l’action sont plus diversifiées et plus spectaculaires… Et les jolies filles plus nombreuses. D’ailleurs à ce propos, avec « From Russia… », James Bond y va fort en matière de suggestion sexuelle. Dans une séquence mythique, on a droit à une danse du ventre lascive suivie par une lutte entre deux superbes brunes ! Et cette fois-ci Bond n’est pas le seul à tomber les filles. Ali Kerim Bey, responsable du bureau du MI5 à Istanbul a une palanquée de fils, et ne doit sa vie sauve lors d’un attentat contre le bureau qu’à l’insatiable appétit sexuel de son amante.

James Bond gagne en confiance, et affiche fièrement son amoralité sexuelle, même si a contrario cette amoralité d’apparat est contre balancée par la relation entre James et Tatiana qui est très fleur bleue.

Daniela Bianchi, ancienne postulante italienne au titre de Miss Monde est la James Bond Girl version 1963. Une sublime blonde à laquelle on a coupé la parole. Son accent italien était beaucoup trop prononcé et rendait ses dialogues incompréhensibles. Elle tournera encore quelques films (dont la parodie bondienne « OK Connery » en 1967 avec Neil, le frère de Sean Connery) mais mettra fin abruptement à sa carrière cinématographique en 1968.

Quant aux méchants, ils sont également bien représentés avec Robert Shaw en tueur impitoyable et surtout Lotte Lenya, parfaite en ex-responsable russe, une veille fille sadique aux tendances lesbiennes, passée chez Spectre.

DVD / Blu-ray MGM / United Artists. Version française et version originale sous titrée en Français disponibles.

 

A découvrir également :