CollectionBFIflipside

Inaugurée en mai 2009, la collection BFI Flipside (29 titres jusqu’en 2014) reste l’un des plus beaux exemples d’édition menés au Royaume-Uni pour faire reconnaitre le cinéma britannique excentrique de série B ou Z.

Sous les auspices de Kim Newman, critique spécialiste du cinéma bis, la collection s’est mis le départ pour mission de remettre sur le devant de la scène, des films excentriques et uniques oubliés par les éditeurs classiques et qui de préférence n’ont jamais été éditées en format vidéo (cassette ou DVD) – sauf à de rares exceptions comme « Privilege » de Peter Watkins qui était disponible chez un éditeur américain.

La collection se distingue par une sélection audacieuse, qui va de perles oubliées de réalisateurs connus (Richard Lester, Peter Watkins, Clive Donner,…) ou de films oubliés mais qui ont une valeur sociale, artistique ou historique.

Le BFI ne se contente pas de rendre disponible ces films introuvables ou rares. Avec l’appui du réalisateur ou des ayants droit, il se fait une obligation de publier la meilleure copie disponible (qu’elle provienne de ses archives ou de celles du réalisateur).

Mais l’un des traits marquants de la collection est de proposer dans un format dual DVD/Blu-ray (depuis 2011), une quantité impressionnante de bonus (courts et moyens métrages, interviews, documentaires,…) et un livret d’une vingtaine de page regroupant interviews, critiques ou analyses permettant de remettre le film dans son contexte.

Bref ces films oubliés bénéficient d’un vrai travail d’archéologue (les films datent de 1959 à 1984) qui est généralement réservé aux oeuvres reconnues par la critique comme des classiques à part entière.

Si la collection n’évite pas parfois l’anecdotique (sur le plan purement cinématographique), chaque film présenté à une valeur qu’elle soit historique, culturelle ou sociale.

Certains films de la collection ont depuis été édités en France. C’est le cas de « Deep End » (édité chez Carlotta Films) et de « Privilège » de Peter Watkins (chez Doriane Films).

Mais il est peu probable que la plupart des autres films soient un jour édités en France. Pour les non bilingues, il est à souligner que le film principal est toujours disponible avec des sous-titres pour malentendant.

Dans un passionnant entretien à retro-hd.com paru en août 2015, Sam Dunn, responsable du département édition vidéo du BFI, revenait sur le pari que représente une collection comme Flipside.

« Un projet comme la collection Flipside est surtout un projet culturel assez idéaliste. Je pense que tous les films méritent d’être vus et que tous les films méritent la meilleure présentation possible. Une entreprise comme celle-ci finit évidemment par être jugée non pas uniquement sur son impact culturel (c’est-à-dire sa capacité à changer notre compréhension de l’histoire du cinéma britannique) mais aussi sur ses performances commerciales. De ce côté, je suis content de pouvoir confirmer que nous avons eu un succès assez considérable sur plusieurs titres (notamment Deep End, Here We Go Round the Mulberry Bush et That Sinking Feeling), mais dans l’ensemble, il y a évidemment toujours eu un certain risque commercial dans cette aventure.
De nouveaux films britanniques difficilement accessibles intègreront la collection Flipside dans un futur proche, mais nous nous concentrons actuellement sur des projets TV de plus en plus ambitieux qui permettront d’enfin donner une nouvelle vie en DVD et en Blu Ray à d’importantes séries et projets TV. »

C’est une collection que tout cinéphile adepte des films introuvables et étranges ne peut ignorer et l’un des plus beaux efforts d’édition de ces dernières années. Il est dommage que le BFI ait, malgré les assurances de Sam Dunn, apparemment décidé de saborder la collection en 2015 en rééditant les titres de la collection dans le catalogue général (en édition DVD et sans livret). Le dernier titre en date, sorti en avril 2014, est l’excellente comédie écossaise de Bill Forsyth « That Sinking Feeling » (1979).

MAJ (avril 2016) : après un long sommeil, BFI Flipside est de retour avec pas moins de trois nouveaux  titres de sortie le 25 avril 2016 : « Expresso Bongo » de Val Guest, « Beat Girl » d’Edmond T. Gréville et « Symptoms » de José Ramón Larraz.

Catalogue BFI Flipside (Dual DVD et Blu-ray) :

000 – Kim Newman’s Guide to The Flipside of British Cinema

1 – The Bed Sitting Room (Richard Lester, 1969)

2 – London in the Raw (Arnold L. Miller, 1964)

3 – Primitive London (Arnold L. Miller, 1965)

4 – Herostratus (Don Levy, 1967)

5 – All the Right Noises (Gerry O’Hara, 1971)

6 – Man of Violence (Pete Walker, 1969)

7 – Privilege (Peter Watkins, 1967)

8 – That Kind of Girl (Gerry O’Hara, 1963)

9 – Permissive (Lindsay Shonteff, 1970)

10 – The Pleasure Girls (Gerry O’Hara, 1965)

11 – The Party’s Over (Guy Hamilton, 1965)

12 – Here We Go Round the Mulberry Bush (Clive Donner, 1967)

13 – Bronco Bullfrog (Barney Platts-Mills, 1969)

14 – Private Road (Barney Platts-Mills, 1970)

15 – Duffer / The Moon Over the Alley (Joseph Despins & William Dumaresq, 1971 & 1975)

16 – Joanna (Mike Sarne, 1968)

17 – Lunch Hour (James Hill, 1962)

18 – Requiem for a Village (David Gladwell, 1975)

19 – Deep End (Jerzy Skolimowski, 1970)

20 – Little Malcolm and His Struggle Against the Eunuchs (Stuart Cooper, 1974)

21 – Voice Over (Christopher Monger, 1981)

22 – Her Private Hell (Norman J. Warren, 1967)

23 – Nightbirds (Andy Milligan, 1970)

24 – The Black Panther (Ian Merrick, 1977)

25 – You’re human like the rest of us (B.S. Johnson, 1967)

26 – Captured (John Krish, 1959)

27 – Sleepwalker (Saxon Logan, 1984)

28 – Schacken, the Painter (Leslie Megahey, 1979)

29 – That Sinking Feeling (Bill Forsyth, 1979)

30 – Beat Girl (Edmond T. Gréville, 1960)

31 – Expresso Bongo (Val Guest, 1959)

32 – Symptoms ( José Ramón Larraz, 1974)