Science Fiction:
David MacDonald

Reviewed by:
Rating:
2
On 28 juin 2014
Last modified:11 octobre 2015

Summary:

Un pitch prometteur et un joli personnage principal de méchante dominatrice extra-terrestre. Cela suffit-il ?

Un pitch prometteur et un joli personnage principal de méchante dominatrice extra-terrestre. Cela suffit-il ?

The Devil Girl From Mars

Devil Girl from Mars (1954)

Réalisé par David MacDonald

Adapté par James Eastwood d’après sa pièce radiophonique co-écrite avec John C. Mather

Avec Patricia Laffan, Hugh McDermott, Hazel Court,…

Directeur de la photographie : Jack E. Cox

Produit par Edward J. Danziger et Harry Lee Danziger pour Danziger Productions Ltd.

SF

UK

Une Martienne (Patricia Laffan) venue chercher des mâles reproducteurs loupe son atterrissage et débarque dans la lande écossaise près d’un hôtel isolé. 

Devil-Girl-from-Mars (poster)Le réalisateur de « Devil Girl from Mars », l’écossais David MacDonald était déjà un vieux de la vieille au milieu des années 50. Formé aux USA par Cecil B. DeMille dans les années 30, il a signé ses premières réalisations à son retour en Grande-Bretagne en 1937. Il a enchainé les quota quickies à une vitesse effrénée avant de gagner une certaine popularité dans les années 40 en produisant et réalisant des documentaire de guerre pour le Crown Film Unit – notamment « Men of the Lightship » (1940). Mais le flop retentissant de l’un de ses projets les plus ambitieux « Christopher Columbus » en 1949 sonne le glas de sa carrière. Par la suite, il se consacrera essentiellement à la télévision avant de prendre sa retraite en 1963.

« The Devil Girl From Mars », sorti en 1954, reste son film le plus connu aujourd’hui. Petite série Z de Science Fiction au titre prometteur qui attise la curiosité, c’est pourtant très loin d’être un chef d’oeuvre.

Le film se passe intégralement à l’intérieur et autour d’un hôtel situé dans les landes écossaises. Un vaisseau spatial vient d’atterrir et une extra terrestre, accompagnée d’un robot, va terroriser la petite communauté hétéroclite (les propriétaires, un mannequin, un journaliste, un savant, un repris de justice et sa fiancée, un enfant) regroupée dans l’hôtel.

Basé sur une pièce radiophonique, « The Devil Girl from Mars » est verbeux et prévisible. Les dialogues sont complètement ineptes (même pour une série Z) et dans le meilleur des cas prêtent à sourire (mais pas à rire).

Il y a probablement une volonté comique derrière le film mais j’avoue que même en considérant qu’il s’agit d’une comédie, le film reste raté. Les intermèdes romantiques notamment sont juste terrifiants de nullité (qu’elle soit assumée ou non telle n’est même plus la question !).

En fait ce qui a fait aujourd’hui la réputation de « Devil Girl From Mars » est essentiellement le personnage principal devenu mythique de l’amazone dominatrice extra terrestre vêtue toute de cuir, interprétée par Patricia Laffan (surtout connue pour son rôle dans « Quo Vadis »). Laffan arrive à être convaincante grâce à un physique qui se prête à ce genre de rôles, mais son personnage et sa performance ne suffisent pas à sauver le spectateur de l’ennui.

Rating: ★★★★☆☆☆☆☆☆ 

DVD Zone 2 UK. Network. Version originale sans sous titres.