Science fiction:
Kevin Connor

Reviewed by:
Rating:
3
On 27 avril 2016
Last modified:28 avril 2016

Summary:

Un divertissement sans prétention et amusant mais trop limité par son scénario simpliste et sans surprise

Un divertissement sans prétention et amusant mais trop limité par son scénario simpliste et sans surprise

AtTheHeartsCore

At the Heart’s Core (1976)

(Centre terre, septième continent)

Réalisé par Kevin Connor

Ecrit par Milton Subotsky d’après le roman d’Edgar Rice Burroughs

Avec Doug McClure, Peter Cushing, Caroline Munro, Cy Grant,…

Directeur de la photographie : Alan Hume

Produit pour Amicus Productions

Tourné aux Pinewood Studios

Science fiction / aventures

89mn

UK/USA

Durant l’ère victorienne, le Dr. Abner Perry (Peter Cushing) avec l’appui financier d’un jeune américain David Innes (Doug McClure), développe une machine perforeuse capable de creuser des tunnels dans les montagnes. Mais lors d’une phase de test, la perforeuse s’emballe et nos deux héros se retrouvent dans un monde souterrain fort étrange.

Earths_core_film« At the Earth’s Core » est tire d’un roman de l’auteur prolifique de SF américain Edgar Rice Burroughs (1875-1950), créateur de personnages mythiques comme John Carter et surtout Tarzan.  Ce roman en particulier date de 1914 et est le premier roman à se dérouler dans Pellucidar, un monde sous-terrain où se côtoient des tribus humaines primitives rendues à l’état d’esclaves, des dinosaures et les maitres de ce monde, les cruels Mahars.

Peter Cushing joue une sorte de Professeur Tournesol, un gentil vieux professeur anglais un peu excentrique. Contrairement à l’Américain David Innes interprété par Doug McClure, un homme de la trentaine dynamique et courageux. Quand ils se font faire prisonniers par les soldats des Mahars après avoir été chassés dans une forêt de champignons par une espèce de dinosaure peu sympathique, Innes croise et s’éprend immédiatement d’une jeune femme qui s’avère être Dia (Caroline Munro), la superbe fille fort peu vêtue d’on ne sait pas trop qui (mais elle a un sang royal !).

Heureusement pour nos héros, les tribus humaines parlent un très bon anglais donc la communication passe bien. Rapidement Doug McClure, en bon Américain, sûr de lui et de sa valeur, décide d’aider nos voisins primitifs à se débarrasser des méchants Mahars. Et si en plus, il arrive à emporter le coeur de Dia, bah ça sera bonus !

Parmi les points positifs, notons les décors réussis et l’ambiance musicale de Micahel Vickers. Et le personnage du Dr incarné par Peter Cushing est délicieusement excentrique :

« Vous ne pouvez pas m’hypnotiser, je suis britannique ! »

Mais le scénario reste digne d’un Walt Disney pas très évolué. On a droit donc à la jolie princesse, au méchant traitre, aux monstres implacables. Le tout n’est pas toujours très bien rythmé et ne réserve aucune surprise. Les divers dinosaures et les Mahars font très plastiques, et comme le réalisateur a décidé de les inclure dans la plupart des scènes, il est difficile de les oublier ne serait-ce que de rares instants.

Enfin Doug McClure et son personnage sont  un peu trop lisses, et un héros sans aspérité n’a aucun intérêt. Heureusement qu’il y a Cushing pour mettre un peu d’humour et donc de vie dans ce tableau trop lisse.

L’acteur américain Doug McClure s’est rendu célèbre grâce à la série « The Virginian » (249 épisodes entre 1962 et 1971). A ses côtés c’est toujours un plaisir de voir la belle brune Caroline Munro (Dracula 73, The Spy Who Loved Me,…) malheureusement cantonnée toute sa carrière à des rôles décoratifs (celui-ci ne fait pas exception).

Le directeur de la photo est ni moins qu’Alan Hume qui a commencé sa carrière sur les comédies populaires Carry On (auxquelles il restera fidèle jusqu’à la fin) et le cinéma de genre de série B (SF, fantasy, horreur) avant de travailler dans les années 80 sur de plus grosses productions dont plusieurs James Bond (For Your Eyes Only et Octopussy), The Return of the Jedi, Runaway Train,..

Alan Hume a d’ailleurs également travaillé à plusieurs reprises avec le réalisateur de « At the Earth’s Core », Kevin Connor, alors en début de carrière. Connor a tourné son premier film, le classique « From Beyond the Grave » en 1974 pour Amicus. C’est également pour cette dernière qu’il tourne donc un cycle d’adaptation de livres tirés d’Edgar Rice Burroughs, comprenant « The Land that Time forgot » (1975), « At the Time’s Core » (1976) et « The People That Time Forgot » (1977), tous les trois avec Doug McClure. Ce cycle rassemble les dernières productions signées par Amicus Productions.

Rating: ★★★★★☆☆☆☆☆ 

DVD zone 2 UK. Version originale sans sous titres.

A découvrir également :